American Bluff de David O. Russell ✭✭✭✩✩

American Bluff

American Bluff (ou American Hustle dans sa version originale) raconte l’histoire d’Irving Rosenfeld, un escroc particulièrement brillant, et de sa complice et maitresse, Sydney Prosser, qui après avoir été démasqués par l’agent du FBI, Richie Dimaso, se trouvent contraints de traiter avec la mafia pour piéger des hommes politiques corrompus.

Avec son casting 5 étoiles (Christian Bale, Bradley Cooper, Amy Adams, Jennifer Laurence, Robert de Niro) le film se veut drôle, sexy et audacieux. Pari réussi ?
Dans les faits pas totalement.

Les acteurs sont bons voir très bons, surtout Amy Adams qui campe une Sydney à la sensualité magnétique et Christian Bale en Irving, un escroc à la coiffure sophistiquée. Les personnages principaux sont bien exploités, chacun contribuant à la dimension dramatique de l’œuvre. Du côté des personnages secondaires, en revanche, on reste un peu sur sa faim. On regrette que le personnage du politicien Carmine Polito joué par Jeremy Renner ne soit pas plus présent et développé. Robert De Niro apparaît paradoxalement assez peu crédible dans sa performance de mafieux, la faute à un personnage stéréotypé.

Le film qui se veut à la fois drôle et intensément dramatique se révèle juste divertissant et ne parvient jamais à décoller complétement. Le réalisateur ne réussit pas vraiment à instaurer de tension et si l’on sourit parfois on rit rarement. Naviguant entre humour et drame le réalisateur installe son film entre les deux, dans une certaine linéarité, là où il voudrait mettre en place un grand huit émotionnel.

Un des problèmes majeurs du film est l’utilisation systématique du travelling. On a vraiment droit à un travelling toute les trente secondes ! En agissant ainsi le réalisateur, en plus de faire tourner la tête, dilue son propos. Surexploité ce mouvement de caméra ne produit plus l’effet escompté, et ce, même lorsqu’il est utilisé à bon escient. Dommage !

Au-delà de ça, le film souffre d’un manque de cohérence global. Le réalisateur multiplie les fausses pistes, les retournements de situation, les personnages et les lieux annexes. Ce qui n’est pas forcément gênant lorsque c’est bien réalisé donne ici l’impression d’avoir sous les yeux une sorte de patchwork sans réel fil conducteur.

Mais alors pourquoi trois étoiles ? Parce que en dépit de tous ses défauts le film est plaisant et qu’on passe un bon moment. Les dialogues sont bien écrits et savoureux et les acteurs sont très convaincants. En outre, le film possède quelques morceaux de bravoure, tel que la scène de la boite de nuit. American Bluff bouillonne d’idées pas forcément toujours bien exploitées, mais il a au moins le mérite d’en avoir.

Thibaud Martinez

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

American Bluff

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)