La Pianiste (2001)

De Michael Haneke

 

 

 

Avec Isabelle Hupert, Annie Girardot, Benoît Magimel

 

 

Erika Kohut (Isabelle Huppert) est une professeur de piano sévère et très estimée du Conservatoire de Vienne. Pourtant, à presque quarante ans, elle vit encore chez sa mère (Annie Girardot) avec qui elle entretient des relations d’amour et de haine mêlées. Sa sexualité se résume à la fréquentation de peep-shows et de cinémas porno. Un jour, à l’occasion d’un concert privé dans la haute bourgeoisie, elle rencontre Walter (Benoît Magimel), pianiste lui aussi. Lorsque le jeune homme lui avoue son amour, l’univers cloisonné d’Erika explose de toutes parts…

Basé sur le roman autobiographique de l’Autrichienne Elfriede Jelinek, La Pianiste est l’histoire d’une femme hors normes, en état permanent de souffrance. Elle aspire à la perfection tout en sachant pertinemment qu’elle n’est pas de ce monde. Son refus des concessions, sa répugnance à transiger devant ses idéaux, l’entraînent vers la folie la plus destructrice. Michael Haneke qui avait suscité un beau scandale il y a cinq ans avec le controversé Funny Games, signe ici une œuvre psychologique violente, subtile et très déstabilisante. À peine maquillée, Isabelle Huppert est vertigineuse dans ce rôle de femme tourmentée et névrosée, qu’elle n’a pas hésité à comparer à Emma Bovary. Sa rigueur et sa froideur contrastent avec la fraîcheur candide et le visage d’ange de Benoît Magimel. Au festival de Cannes 2001, les deux comédiens ont justement été couronnés du prix d’Interprétation tandis que le film se voyait récompensé du grand prix du Jury. Pour son rôle de mère possessive, Annie Girardot, parfaite, a remporté quant à elle le César du meilleur second rôle féminin en 2002.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975)

Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975)

De Milos Forman 

Avec Jack Nicholson , William Redfield

Particulièrement insubordonné, le prisonnier de droit commun Randle McMurphy (Jack Nicholson) a simulé la folie pour échapper aux contraintes de la prison. Mais l’établissement psychiatrique dans lequel il est transféré est bien plus redoutable. L’infirmière en chef, Miss Ratched (Louise Fletcher) fait régner une discipline de fer et terrorise tous les malades…

 

Cinéaste d’origine tchèque, Milos Forman s’était fait remarquer aux États-Unis en 1971 en signant Taking Off, une peinture acerbe de la jeunesse et de la société occidentale de l’époque. Quatre ans après, c’est avec le subversif Vol au-dessus d’un nid de coucou (cuckoo signifie cinglé en anglais), manifeste brutal contre les excès du système des établissements psychiatriques (profusion des traitements de choc, méthodes inhumaines, non-respect des handicapés mentaux) qu’il accède à une notoriété internationale. Les performances mémorables de Jack Nicholson et Louise Fletcher furent récompensées par un Oscar et cette œuvre magnifique rafla également ceux du Meilleur Film, Réalisateur et Scénario : du jamais vu depuis New York-Miami de Frank Capra, en 1934.

Image de prévisualisation YouTube
Tout sur ma mère (1999)

Tout sur ma mère (1999)

De Pedro Almodovar 

Avec Cecilia Roth, Marisa Paredes, Candela Pena

À la mort de son fils, Manuella décide de rejoindre Barcelone pour refaire sa vie. Plongée obscure dans le milieu de la prostitution et de la solitude, ce film couronné par une interprétation lumineuse reste l’une des œuvres les plus fortes et touchantes du réalisateur de Attache-moi ! Almodovar touche à l’âme au travers d’un récit d’une force inoubliable.

Image de prévisualisation YouTube
There Will Be Blood (2007)

There Will Be Blood (2007)

De Paul Thomas Anderson 

Avec Daniel Day-Lewis , Paul Dano, Barry Del Sherman

Au début du XXe siècle en Californie, grandeur et décadence d’un pauvre prospecteur, devenu magnat du pétrole à force d’ambition démesurée… Filmée de main de maître par le génial Paul Thomas Anderson (“Boogie Nights”, “Magnolia”), cette fresque épique d’une puissance et intensité démoniaque, est portée par le prodigieux Daniel Day-Lewis (Oscar du Meilleur acteur 2008 pour sa performance).

Image de prévisualisation YouTube
Rusty James (1983)

Rusty James (1983)

De Francis Ford Coppola 

Avec Matt Dillon , Mickey Rourke , Diane Lane

Rusty JAMES voue à son frère aîné, Motorcycle Boy, un culte jalousement entretenu par les adolescents de la petite bourgade de Tulsa. Symbole des batailles rangées entre bandes rivales, Motorcycle Boy revient après une longue absence. Son frère est prêt à le remplacer et accepte le défi du chef du clan rival.

Image de prévisualisation YouTube
Raging Bull (1980)

Raging Bull (1980)

De Martin Scorsese 

Avec Robert De Niro , Jake La Motta, Vickie La Motta

Martin Scorsese filme la grandeur et la décadence de Jake LaMotta, champion de boxe catégorie poids moyens, qui connut son heure de gloire dans les années quarante et cinquante : surnommé « le taureau du Bronx » (quartier où il a grandi, comme Martin Scorsese), Jake LaMotta fait preuve d’un tempérament coléreux et agressif. Impuissant face aux démons qui le rongent, notamment sa jalousie excessive envers sa femme, il se livre souvent à des accès de violence sur ses proches et sur ses adversaires du ring…

 

Ce personnage antipathique et pathétique est interprété avec génie par Robert De Niro, qui est allé jusqu’à prendre 27 kilos pour le rôle. Contre l’avis de ses producteurs, Martin Scorsese a relevé un véritable défi en tournant en noir et blanc, et son film est un véritable exercice de style, brillant et inventif. Basée sur l’autobiographie de Jake LaMotta, cette plongée dans la déchéance d’un homme permettait au réalisateur d’y intégrer ses thèmes de prédilection comme l’autodestruction, l’insatisfaction sexuelle ou le mythe de la femme inaccessible. En 1980, le film reçut huit nominations aux Oscars, mais n’en remporta que deux (pour le montage et l’interprétation de Robert De Niro), vraisemblablement pénalisé par trop d’audace et de sincérité.

Image de prévisualisation YouTube
Pierrot le fou (1965)

Pierrot le fou (1965)

De Jean-Luc Godard 

Avec Jean-Paul Belmondo , Anna Karina, Graziella Galvani

Ferdinand renoue des relations avec Marianne, une jeune étudiante qu’il a jadis aimée. Et le voilà embarqué dans une histoire de fou : un cadavre dont il faut se débarrasser, des bandes rivales, un hold-up. Une sorte de série noire absurde qui l’entraîne inéluctablement vers la mort…

Image de prévisualisation YouTube
Les Valseuses (1974)

Les Valseuses (1974)

De Bertrand Blier 

Avec Patrick Dewaere , Gérard Depardieu , Miou-Miou

Le film raconte la cavale de deux jeunes marginaux. Il illustre la frénésie de la libération sexuelle et des mœurs après l’épisode soixante-huitard

Dans la France des années 1970, Jean-Claude et Pierrot sont deux voyous qui tuent le temps comme ils peuvent en commettant des larcins. Après avoir harcelé une dame avec un chariot de supermarché et lui avoir volé son sac, ils « empruntent » une DS pour faire un tour, puis la replacent à l’endroit même où ils l’avaient dérobée. Le propriétaire, patron d’un salon de coiffure, les surprend à leur retour et les braques avec un revolver en attendant l’arrivée de la police. Jean-Claude et Pierrot parviennent à s’enfuir, mais ce dernier est légèrement blessé par un coup de feu. Dans leur fuite, ils emmènent Marie-Ange, l’employée et maîtresse du patron du salon de coiffure. Commence alors une fuite en avant pour le trio.

Image de prévisualisation YouTube
Le Septième sceau (1957)

Le Septième sceau (1957)

De Ingmar Bergman 

Avec Max Von Sydow , Gunnar Björnstrand, Nils Poppe

XIVème siècle, Suède. La grande épidémie de peste ravage le pays. De retour des croisades, un chevalier et son écuyer rencontrent la Mort sur une plage déserte. Le chevalier lui propose une partie d’échecs, espérant retarder l’échéance fatidique, le temps de trouver une solution à ses problèmes métaphysiques. Tandis que l’écuyer professe l’idée de néant, le chevalier découvre au passage d’une procession que la peur est l’unique fondement de la religion. Il est également le témoin de l’intolérance qui envoie une jeune femme au bûcher.

Non loin d’eux, une jeune famille de baladins chemine au cœur du pays tourmenté. A leur contact, le chevalier découvre que le bonheur terrestre réside dans les plaisirs simples de la vie. Le sourire d’une jeune femme qui offre du lait et des fraises sauvages à son enfant est pour lui une révélation.

Le chevalier, son écuyer et quelques amis de rencontre retrouvent le château qu’ils avaient quitté dix ans auparavant. Ils sont accueillis par la châtelaine. Mais la Mort frappe à la porte et les entraîne dans une fantastique danse macabre.

Image de prévisualisation YouTube