Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée ✭✭✭✩✩

Dallas-buyers-club1

En 1985, à Dallas, notre héros, Ron Woodroof (Matthew McConaughey), un cow-boy ouvertement beauf et homophobe apprend qu’il est atteint du sida : « cette maladie de tapette », et qu’il ne lui reste plus que 30 jours à vivre. Le pauvre bougre n’ayant pas l’intention de se laisser faire s’essaye à l’AZT, médicament antirétroviral en test sur le sol américain. Face à l’inefficacité du produit, il se lance dans l’importation sur le sol américain de médicaments alternatifs. Secondé dans son entreprise par un séropositif transgenre, Rayon, interprété par Jared Leto, ils ouvrent le Dallas Buyers Club qui permet aux séropositifs de se procurer des médicaments alternatifs à travers un système d’achat coopératif. Bientôt victime de son succès, le Dallas Buyers Club va susciter l’ire de la FDA et des compagnies pharmaceutiques qui vont alors tout faire pour le voir fermer.

Le film nous place donc dans les années 80, période durant laquelle le sida va passer du statut de maladie marginale et méconnue touchant les homosexuels à celui de problème de santé à l’échelle mondiale. Si l’ambiance de l’époque est parfaitement retranscrite le film pêche par son scénario. Trop classique, celui-ci utilise des ficelles scénaristiques vues et revues, trop grosses pour que le spectateur puisse vraiment s’impliquer dans la lecture du film. Cependant tout n’est pas noir, la réalisation est élégante et le film bien rythmé. L’interprétation de Jared Leto en transgenre est savoureuse mais c’est surtout Matthew McConaughey qui vaut le détour. Sa performance de champion de rodéo tapageur est remarquable, démontrant qu’il est, aujourd’hui, un des acteurs les plus brillant. En contrepartie, les deux protagonistes éclipsent totalement les autres personnages, notamment Jennifer Garner dont la performance de médecin ne fera pas date.

 Au final, Dallas Buyers Club est un film bien réalisé mais trop classique. L’œuvre est construite entièrement autour d’un Matthew McConaughey fascinant, dont la performance à elle seule justifie qu’on aille voir ce film.

Thibaud Martinez

Image de prévisualisation YouTube

DALLAS-BUYERS-CLUB-Affiche-France

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)