Gabrielle de Louise Archambault ✭✭✭✭✩

Gabrielle de Louise Archambault ✭✭✭✭✩

gabrielle-3

 

Gabrielle et Martin, deux jeunes adultes handicapés, tombent fous amoureux l’un de l’autre. Ils voudraient vivre leur passion au grand jour, sans contrainte, mais leur entourage ne l’entend pas de cette façon. Déterminés, ils vont devoir se battre pour prouver qu’ils sont capables de s’aimer, comme tout le monde, malgré leur différence.

Emouvant, sensible, vrai. Gabrielle fait partie de ces films qui n’ont pas besoin d’en faire trop pour être beau. Comme un diamant brut.

Louise Archambault, la réalisatrice, a le désir de parler des gens différents, en marge de la société. Que vivent-ils, que ressentent-ils ? Elle souhaite mettre l’accent sur la musique, aussi, qui leur procure une force énorme. Mais surtout, elle veut nous raconter une histoire d’amour.

C’est aux Muses, un centre qui permet aux personnes atteintes d’un handicap d’être formées pour devenir des professionnels, qu’elle a trouvé l’inspiration. C’est là qu’elle a rencontré Gabrielle, une jeune femme atteinte du syndrome de William et a décidé d’en faire l’héroïne de son film.

Le challenge était de taille : Gabrielle, n’ayant aucune expérience, aurait pu ne pas s’adapter à la caméra, aux exigences, au rythme de la production. Mais elle a tenu le choc, apportant authenticité et naturel au film. A l’écran, elle est bluffante.

Son amoureux, Martin, est joué par un acteur professionnel. Sans tomber dans la caricature, en restant juste et véritable, il endosse parfaitement le rôle.

Le sentiment amoureux va leur donner l’envie de s’émanciper, de vivre pour eux-mêmes et par eux-mêmes…. d’être libres.

Le spectateur est plongé dans un univers assez inconnu, puisqu’il n’a généralement pas l’occasion de partager le quotidien de personnes handicapées. Mais le handicap n’empêche pas les sentiments, il n’empêche pas de vivre et d’être heureux. Ils ne sont pas « comme nous », pourrait-on dire. Et pourtant… Ils ont les mêmes désirs, les mêmes envies, les mêmes rêves, et ils les expriment souvent avec beaucoup plus d’émotion et de sensibilité.

Dans Gabrielle, la musique a une place importante : elle est le lien entre tous les personnages, comme un moyen de les unir et de leur apporter la motivation nécessaire pour avancer. Mais ce sont l’amour et la sexualité, deux sujets tabous pour des gens atteints de handicapes comme Gabrielle et Martin, qui sont au cœur de ce film/documentaire. On est tous différents. Chacun vit les choses comme il peut, comme il veut. Mais tout le monde veut vivre l’amour.

Un film d’une immense tendresse qui fait du bien. Un film qui fait grandir, une sorte d’hymne à l’amour.

Sophie Wlodarczak

Image de prévisualisation YouTube

ob_43cf939767bcda3985387e682df9999e_gabrielle-affiche

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)