Grace de Monaco, d’Olivier Dahan ✭✭✭✭✩

Grace de Monaco, d’Olivier Dahan ✭✭✭✭✩

GRACE

GRACE DE MONACO

Lors d’un précédent article, nous étions revenus brièvement sur la carrière de la princesse de Monaco. A l’honneur dans le nouveau film d’Olivier Dahan qui ouvrait le 67e Festival de Cannes ce mercredi 14 mai 2014, il nous semblait important de présenter cette figure majeure des années 1950.

Le film, dans lequel Nicole Kidmann incarne Grace, a fait polémique. Entre un distributeur mécontent et une famille princière outragée, les spectateurs, intrigués, n’avaient qu’une seule envie : se faire leur propre avis sur la question. Et c’est ce que nous avons fait.

Grace Kelly, magnifique actrice venue tout droit des Etats-Unis, pleine de talent et de finesse, promise à une carrière sans précédent, épouse le prince Rainier en 1956. Elle souhaite d’abord conjuguer sa passion et son devoir royal, mais les choses ne sont pas si faciles. Après quelques années de mariage, la principauté de Monaco rencontre de graves difficultés, notamment avec la France. L’unique rôle qui  est désormais dévolu à Grace est « Son Altesse Sérénissime, la Princesse Grace de Monaco ».

Le film revient sur cette période charnière où la Princesse, désenchantée, s’aperçoit que la vie qu’elle a imaginée en épousant le prince de Monaco n’est qu’un conte de fée créé de toute pièce par son imagination. Mais la réalité est plus amère. En revenant sur les conflits politiques qui opposent le rocher et le Général de Gaulle, Olivier Dahan  nous plonge dans un contexte qui, pour nous étudiants, est quasi-inconnu. On apprend quel type de relations existait entre les pays, comment le prince Rainier gérait son royaume, quels étaient les enjeux économiques…

Mais l’objectif est surtout de montrer la « transformation » de la Princesse. L’évolution de sa pensée et de son comportement, sa façon d’appréhender les choses et de faire face à la pression sont scrutées et dépeintes avec beaucoup d’attention.

Nicole Kidmann est superbe dans le rôle de Son Altesse Royale. Du début à la fin, elle nous subjugue. Elle parvient à nous émouvoir, bien que le film soit indéniablement un peu « too much ». Mais on s’y attendait tellement que cela ne nous a pas choqués. Si Olivier Dahan signe un biopic plein de bons sentiments, de paillettes et de féérie, entièrement consacré à la Grace de Monaco, il n’en reste pas moins qu’il parvient à nous intéresser. Avec quelques images d’archives qui ponctuent les scènes , des décors exceptionnels et des acteurs de grande qualité, il rend un bel hommage à Grace de Monaco. Et nous, spectateur non avisé, jeunes critiques en herbe, on est ravi. 

Sophie Wlodarczak

Image de prévisualisation YouTube

Ouverture_ACCR

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)