Habemus Papam

Habemus Papam

de Nanni Moretti

Nous avons un pape ! Effectivement, durant le premier quart d’heure du film, nous avons un pape. Le précédent pape vient de rejoindre son Père vers d’autres cieux, le Conclave s’est réuni, la fumée blanche a fait tressaillir la place Saint Pierre : le cardinal Melville (Michel Piccoli) devient le nouveau pape ! Enfin presque… Celui-ci ressent une terrible angoisse au moment de sa première bénédiction et fuit le plus connu des balcons, faisant ainsi attendre le monde entier pressé de découvrir le nouveau souverain pontife.

C’est alors que le film bascule dans la comédie à l’italienne où le psy Nanni Moretti (qui réalise ici son 11ème film) décide de redonner de la joie à des cardinaux en proie au doute alors que le nouveau chef de l’Eglise Catholique n’en fait qu’à sa tête. Le film perd donc tout réalisme pour sombrer dans un humour outrageusement décalé et répétitif qui est bien loin de produire l’effet escompté. Si le premier gag vous fera certainement sourire, les suivants ne tarderont pas à vous lasser tout comme le film lui-même. Ni la bande son, ni la prestation des acteurs, ni la réalisation ne vous feront changer d’avis : on tient là la Palme de la déception.

Le pape aurait sûrement mérité mieux…

Cyril Atchrimi

Sortie en salle le 7 Septembre

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)