Inside Llewyn Davis, de Joel & Ethan Coen ✭✭✭✭✭

Inside Llewyn Davis, de Joel & Ethan Coen ✭✭✭✭✭

21002833_20130806152535108.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

     Dans leur nouveau film (Grand Prix du dernier festival de Cannes), les frères Coen nous présentent le mythe folk du Greenwich Village des années 60, à travers le personnage de Llewyn Davis, chanteur raté qui traine sa guitare de canapé en canapé et de café en café pour subsister.

      Le film s’ouvre sur une ellipse, Oscar Isaac à la guitare, chantant : « Hang me, oh hang me, I’ll be dead and gone », face au public du Gaslight dans le Village. Ce morceau folk traditionnel prendra tout son sens à la fin du film. On assiste au vagabondage de cet artiste perdu, à travers New York et jusqu’à Chicago, toujours à la recherche d’un succès qui ne viendra pas. A l’instar d’un Larry Gopnik dans A Serious Man, il subit échec sur échec et joue constamment de malchance. C’est le début des années 60 et la disparition de l’idéal Beatnik des 50s, décrit par Kerouac dans Sur la Route. Les incertitudes et la torpeur du voyage laissent place à la neige et à la morosité. Garrett Hedlund, interprète de Neal Cassady dans l’adaptation du roman de Kerouac, est ici complètement taciturne, renfrogné comme si la route n’était plus celle qu’il avait connue. Il sert de valet à un John Goodman, musicien de jazz ventripotent, constamment à deux doigts de l’overdose –génial comme à son habitude. L’énergumène, « the one who is mad to live », plus libre que l’air n’est plus que chauffeur pour un autre, et finira même arrêté par la police. Contrairement aux voyages toujours plus fous de Neal et Dean, la déambulation du personnage est ici d’une grande monotonie. Le film est construit comme une boucle incessante séquestrant le personnage dans sa position d’éternel outsider. Le film commence et se finit sur sa performance au Gaslight, comme si le café était le seul endroit où il pouvait prétendre donner un concert. L’utilisation multiple de certains plans, comme Llewyn devant l’interphone de Jim et Jean, ou le chat parcourant le même couloir dans un sens puis dans l’autre, renforce l’idée de stagnation de la situation. La photographie terne vient compléter ce tableau hivernal et triste du « raté » parfait dans une Amérique et une industrie musicale impitoyables.

Cependant, par le ton les Coen maintiennent l’équilibre parfait entre le comique et le drame. Habitués de l’humour noir et de l’ironie ambiante, ils nous présentent une galerie de personnages complètement loufoques, dans une reconstitution fidèle de Greenwich. Les protagonistes sont inspirés de réels chanteurs de folk, Llewyn Davis est l’alter ego de Dave Van Ronk, icône de la scène de l’époque et auteur de l’album Inside Dave Van Ronk, Jim et Jean sont Jim Glover et Jean Ray, Troy Nelson est Tom Paxton, des managers comme Moses Asch ou Albert Grossman sont également présents. Cet ancrage dans la réalité permet l’introduction du génie folk, l’homme à l’harmonica qui à la manière de Charles Bronson va terrasser ses concurrents dans un duel final, au Gaslight Café. On l’aperçoit dans les derniers instants du film, la tête dans la lumière, en arrière-plan.  Sa voix résonne jusque durant le générique comme si lui seul allait accéder à la postérité. L’ombre de Bob Dylan est présente pendant tout le film, chaque personnage a  un lien direct avec lui, chaque décor est un lieu majeur de sa carrière. Visuellement aussi, le film ressemble à une adaptation cinématographique de la pochette de The Freewheelin’, son deuxième album.  Llewyn Davis, quant à lui, restera à jamais dans le camp des oubliés.

     La musique joue souvent un rôle prépondérant dans la filmographie des frères Coen, elle est ici sublime. En s’attaquant au folk, ils réalisent un bel  hommage aux « ratés » de l’histoire de l’art, un film sur l’envers du décor. Drôle et très touchant, à l’écriture quasi parfaite, leur grand cru des années 2000, assurément.

Avran Thépault

Image de prévisualisation YouTube

21005275_20130927183847948.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)