Le dernier exorcisme: Part II avec Ed Glass-Donnelly ✭✩✩✩✩

Le dernier exorcisme: Part II avec Ed Glass-Donnelly ✭✩✩✩✩

ULTIME POSSESSION

On nous a menti !!!
Le Dernier exorcisme n’était pas le dernier puisqu’en voici un autre, toujours produit par Eli Roth (qui, pour une fois, ne nous a pas mis aux commandes un débile secouant sa caméra comme un parkinsonien) ! Malins, les producteurs ne l’ont pas intitulé Le dernier Exorcisme 2 mais Le Dernier Exorcisme : Partie 2 , ce qui n’est pas du tout la même chose!

L’histoire redémarre juste après la fin de l’opus précédent. Nell est retrouvée perdue dans les bois, terrifiée et à poil, traumatisée par ce qu’elle vient de vivre, à savoir avoir été mise en cloque par le diable en personne. Après avoir pondu son marmot maléfique, Nell tente alors de se reconstruire auprès d’un psychiatre : elle trouve du travail dans un hôtel, se met à fréquenter un jeune homme… Mais le démon cherche encore à s’introduire en elle, mais cette fois, d’une manière bien différente… Vous aimez la gymnastique ? Tant mieux ! Nell (jouée par une certaine Ashley Bell) sait tout ce que vous avez toujours voulu faire en EPS sans n’y être jamais arrivé. L’actrice principale y livre une performance hallucinante en matière d’acrobaties. Si l’oscar de la meilleure prestation sportive existait, elle le remporterait haut la main.

Malheureusement pour elle, le jeu d’acteur est abyssalement loin d’être du même niveau : à part être traversée de spasmes et beugler comme une écervelée à vous en pêter les oreilles pendant près d’une heure et demi (durée totale de la chose, Dieu soit loué), Ashley Bell (qui, soit dit en passant, n’a jamais aussi mal porté son nom) ne sait tout simplement rien faire, si ce n’est lire ses dialogues d’une nullité à en faire rougir plus d’un. Vous l’aurez compris, Le Dernier Exorcisme n’est qu’une n-ième péloche inodore, produit d’une logique commerciale hollywoodienne dénuée d’âme doté en plus d’un sous-texte subliminal réac’ d’un puritanisme à en vomir comme seuls nos amis ricains sont capables de nous en concocter.
Quant au spectateur venu chercher sa dose en matière de sensations fortes, il n’en aura pas pour son argent , chaque jump scare étant visibles sur 10 km à la ronde ! Prions tous ensemble que cela soit l’ultime dernier exorcisme, et, quitte à casquer 10 penny pour aller voir un film dément, privilégiez plutôt Spring Breakers.

Dorian Fernandes

Image de prévisualisation YouTube

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)