Le jury 2015

 Arnaud des Pallières

Ancien élève de la FEMIS, il réalise son premier long-métrage Drancy Avenir en 1996. Il travaille ensuite pour la télévision et réalise deux essais documentaires pour France Télévision et Arte.

En 2003, il dirige Michael Lonsdale dans le film Adieu, et en 2009 Sergi Lopez dans Parc, deux comédies dramatiques saluées par la critique.

En 2013, il réalise Michael Kohlhaas, un « western médiéval » fascinant adapté d’un célèbre roman d’Heinrich von Kleist et avec Mads Mikkelsen et Denis Lavant. Ce long-métrage sera sélectionné en compétition officielle au 66ème Festival de Cannes.

A la fois monteur et scénariste de tous ces films, ce grand professionnel fan de Tati et de The Thing saura porter un regard artistique et technique aux courts métrages en compétition.

Pio Marmaï

Enfant artiste, issu d’une mère chef costumière à l’opéra de Strasbourg et d’un père scènographe, Pio Marmaï a étudié à la Scuola Commedia dell’Arte de Antonio Fava avant de se tourner vers le conservatoire de créteil et l’école de la comédie de Saint-Etienne.

Acteur français de 30 ans, révélé en 2008 par son rôle de grand frère protecteur dans Le Dernier Jour du Reste de Ta Vie de Rémi Besançon, qui lui vaudra une nomination au césar du meilleur espoir. Il fait depuis partie du petit cercle des acteurs en vue. Tournant dans plus d’une vingtaine de films en l’espace de 7 ans, dont D’amour et d’eau fraîche de Isabelle Czajka avec Adèle Haendel, Contre Toi de Lola Doillon avec Kristin Scott Thomas ou La Loi de Murphy de Christophe Campos avec Omar Sy et Fanny Valette, il a su se faire un nom dans le paysage cinématographique français. Autant à l’aise dans des films comiques que dramatique et auteuriste, cet amateur de mécaniques, Hell’s Angel’s dans l’âme saura apporter son regard à la fois alternatif et classique sur le cinéma français.

Acteur majeur de la nouvelle scène française, Pio Marmaï est un talent qui ne demande qu’a exploser, nous sommes donc très heureux de l’acceuillir comme jury dans cette édition 2015 du Dau’Film Festival.

 Jean-Albert Lièvre

En 1982 il créé la société Décofilm, la première entreprise de repérages pour la télévision et le cinéma. A partir de 1984, il devient producteur pour la société japonaise Gipo. De 1986 à 1992, il est producteur exécutif et assistant réalisateur au sein de la société Eolis et devient un spécialiste du documentaire animalier.

En 1992 il est contacté par Nicolas Hulot pour réaliser les célèbres émissions «USHUAIA Nature» et en 1997 il créé WLP, une société de production de documentaires avec laquelle il élabore plusieurs concepts d’émissions sur le thème de l’environnement et la nature. En parallèle il réalise de nombreux films institutionnels à destinations du grand public notamment pour Vivendi Universal, Veolia, Leclerc et l’Agence Spatiale Européenne.

En 2005 il participe à la création de la chaîne Ushuaia Télévision et de l’émission «Sur les Routes d’USHAIA» sur TF1.

En 2007, il scénarise, coproduit et réalise le long-métrage documentaire Le Syndrome du Titanic avec Nicolas Hulot. Ce documentaire dresse un état des lieux alarmant de la planète. Nicolas Hulot dira : « ce film est davantage un appel à la raison et un acte politique qu’un documentaire sur la crise écologique.»

En 2014, il produit et réalise Flore, un long-métrage documentaire pour le cinéma qui raconte la renaissance de sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer dans sa villa en Corse, au contact de la nature, après plusieurs années en cliniques. Ce documentaire est sélectionné dans de nombreux festivals internationaux et obtient le prix du meilleur documentaire au festival CoLCoA à Hollywood.

Nous sommes donc ravis d’accueillir ce réalisateur majeur de documentaire, dont le travail a été récompensé dans de nombreux festivals du monde entier et qui a œuvré toute sa carrière pour la sauvegarde de la planète et pour montrer la nature au grand public.

Alice Bloch

Alice Bloch est une jeune productrice de 23 ans mais dont les réussites professionnelles sont déjà nombreuses.

Après avoir intégré Sciences-Po Paris, elle produit en 2011 – âgée de seulement 20 ans – à New York le premier long-métrage d’une réalisatrice, Ani Simon-Kennedy intitulé Days of Gray : film muet et musical tourné en Islande, il fut sélectionné dans de nombreux festivals (Göteborg, Reykjavik…). Aux Etats-Unis, elle assiste le producteur sur le tournage d’Apprenti Gigolo de John Turturro, réunissant notamment Woody Allen, Sharon Stone et Vanessa Paradis.

En rentrant en France, elle monte une boite de production – Double Pigeon – grâce à une collecte Kiss Kiss Bank Bank réussie. Clips, courts et moyens-métrages ; nombreuses sont les réalisations produites par Double Pigeon et un documentaire est en ce moment même en cours de production sur le rappeur Grems.

Elle reprend ensuite ses études à Sciences Po Paris où elle finit actuellement sa deuxième année de Master en alternance chez TS Productions, qui a notamment produit Séraphine et Violette de Martin Provost.

Nous sommes donc heureux de l’accueillir comme membre du Jury : Alice Bloch, de par son incroyable précocité professionnelle dans le domaine de la production saura parfaitement déceler les nouveaux talents de demain !

Felix de Givry

Strasbourgeois (de coeur), Felix rentre à 18 ans à Sciences-po Paris, mais passionné de musique et de cinéma, il monte en parallèle un collectif avec des amis à lui : Pain Surprises. Porté au début sur l’évènementiel, le collectif évolue plus vers l’audio-visuel avec désormais un label et de nombreuses productions.

4 millions de vue pour le clip Photomaton réalisé par le collectif ; presque 300 000 vues pour la pub « Can you sock me » de Burlington ; Pain Surprises prend rapidement de l’ampleur.

Depuis peu c’est un vaste ensemble à Paris que Pain Surprises a mis en place, comprenant notamment une salle de montage et un studio d’enregistrement grâce en partie à l’intervention de l’architecte Arnaud Toulon.

Pain Surprises cherche donc à devenir un acteur majeur du secteur audio-visuel, et cela démarre fort : c’est sous le label Pain Surprises que Jabberwocky est désormais produit.

A titre individuel, Felix de Givry s’est principalement illustré comme acteur principal dans le film Eden, réalisé par Mia Hansen-love ; rôle qu’il a obtenu par un casting sauvage dans la rue. Le film a été notamment sélectionné au prestigieux Festival international du film de Toronto tout comme au festival du film de Londres. Selon Télérama le film est à voir absolument : « parce qu’on a rarement montré la fête avec tant de force, tant de grâce. Parce que la bande-son nous a tous fait danser un jour dans notre vie. »

Bien plus qu’un simple acteur au talent précoce, le Dau’film Festival accueille donc une personnalité qui aura un poids considérable dans le secteur audio-visuel français et qui illustre à merveille cette génération d’acteurs qui exerce sa créativité à plein de niveaux.