L’Ecume des jours de Michel Gondry ✭✭✭✩✩

L’Ecume des jours de Michel Gondry ✭✭✭✩✩

l-ecume-des-jours-05-2013-4-g

Après Eternal Sunshine of the Spotless Mind ou the Green Hornet, le réalisateur Michel Gondry s’attaque à l’adaptation du roman culte de Boris Vian, l’Ecume des jours. Un pari plutôt difficile tant l’univers créé dans cette œuvre d’une modernité insolente s’avère déjanté.

En effet, dès la première minute, le spectateur est plongé dans l’appartement à la fois féérique et déroutant de Colin. Tout y est surréaliste. Ce cocon recréé par Gondry est à mi chemin entre un wagon de métro et une petite maison. Les éléments très colorés y sont déchainés et tout aussi vivants que les personnages eux-mêmes. C’est donc avec enthousiasme et parfois incompréhension que l’on se plait à découvrir cet univers merveilleux.

Néanmoins, le film met du temps à démarrer. Les dialogues sont peu fournis et l’histoire d’amour entre Colin et Chloé interprétés par Romain Duris et Audrey Tautou ne nous enchante pas. En effet, l’Ecume des jours c’est avant tout le récit de cette romance à la fois drôle, tendre et grave. Ainsi, bien que le début de l’idylle soit ponctué de nombreuses scènes comiques, surréelles et esthétiques celles-ci manquent d’émotion et ne nous transportent pas. Fort heureusement, quand l’histoire s’accélère et que le bonheur se transforme en inquiétude le film devient d’avantage poignant.

En effet, la mort qui prend la forme d’un nénuphar grandissant fait peu à peu place au désespoir. C’est dans cette mélancolie ambiante que l’univers se désagrège doucement. La maison devient poussiéreuse, lugubre, angoissante. Les éléments se décomposent, les fleurs fanent, l’argent diminue. Leur groupe d’amis (avec un Gad Elmaleh peu convaincant dans le rôle de Chick) autrefois soudé se délite. Dans ce contexte, Colin est contraint d’enchainer les petits boulots dans un Paris fantasmatique pour soigner Chloé qui cloitrée chez elle s’ennuie et s’affaiblit à petit feu. Cette seconde partie beaucoup plus sombre nous permet de ressentir enfin un peu d’empathie pour les personnages que l’on regardait évoluer s’en jamais s’attacher réellement.

Ainsi, l’Ecume des jours est un film esthétiquement réussi et d’une inventivité étonnante néanmoins l’univers  singulier de Boris Vian qu’a voulu recréé Gondry a fini par en écraser les personnages. Le duo Romain Duris et Audrey Tautou qui était prometteur nous offre une prestation en demi teinte tantôt convaincante tantôt plate et sans relief. Malgré un Romain Duris qui parvient à tirer quelque peu son épingle du jeu le couple nous déçoit. Quant à Omar Sy, il semble en décalage avec l’univers qui l’entoure. On ne sait que trop en penser. Dommage !

Un film tout de même à voir pour son originalité et sa réalisation insolite et farfelue !

Elisa Cornu

Image de prévisualisation YouTube

 

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)