L’été ciné 2018 – Film #7 : Thelma et Louise (1991)

L’été ciné 2018 – Film #7 : Thelma et Louise (1991)

Thelma et Louise, roadtrip féminin et féministe cultissime réalisé par Ridley Scott, sort en 1991. Non content d’être le film qui nous fera découvrir Brad Pitt au grand public,  il a raflé au passage un Oscar et un Golden Globe pour le meilleur scénario original la même année.

Le film met en scène deux copines, Thelma (Geena Davis) et Louise (Susan Sarandon),  qui, pour échapper à leurs conjoints, décident de partir en week-end toutes les deux.

A la suite d’une soirée arrosée dans un bar de cow-boys, un homme essaie de violer Thelma qui est sauvée in extremis par Louise qui l’abat d’une balle de revolver. Commence alors une cavale pour les deux jeunes femmes,  rythmée par l’enquête d’un inspecteur interprété par le brillant Harvey Keitel.

Le film est très bien réalisé, très bien interprété,  très bien écrit et nous offre des paysages majestueux du début à la fin. Donc déjà rien que pour (tout) ça, c’est un incontournable et c’est un bonheur.

Mais au delà de ces qualités, le film a le mérite de mettre en scène deux protagonistes femmes, fortes (surtout Louise, Thelma prend plus de temps à s’affirmer)  et d’avoir été scénarisé par une femme, Callie Khouri, dont c’était le premier scénario.

27 ans plus tard, on peine à  voir le début du commencement d’une parité hommes/femmes dans le milieu du cinéma  et à peine la moitié des films passe le fameux test de Bechdel (l’œuvre fait intervenir deux femmes identifiables par un nom, ces deux femmes discutent entre elles, elles parlent d’autre choses que d’un personnage masculin).  Thelma & Louise a donc  été un petit OVNI dans le paysage cinéma de l’époque et reste donc depuis une figure du féminisme au cinéma et même du féminisme tout court. En outre, la fin du film est loin des codes de l’époque et constitue un véritable symbole de liberté et de libre arbitre. Cette fin a d’ailleurs été écrite en premier dans le script par la scénariste.

Mélange de buddy movie, de road movie, de film policier, de drame mais aussi de comédie ; la musique est composée par Hans Zimmer, qu’on ne présente plus.

Ce film est un très bon film, et encore mieux à voir pendant l’été car il en porte et en représente tous les codes. Il parle de l’émancipation, de la liberté, de l’escapade entre amis, de la découverte sexuelle, de l’indépendance. Il dépeint la chaleur et les grands paysages, le sable, la poussière et des voitures qui filent sur des routes qui n’en finissent pas.

 

Mathilde Labouyrie

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)