Suzanne ✭✭✭✩✩ de Katell Quillévéré

Suzanne ✭✭✭✩✩ de Katell Quillévéré

suzanne

Suzanne est d’abord l’histoire d’une fillette, puis celle d’une adolescente qui devient petit à petit une jeune femme et enfin une adulte. Son parcours est tumultueux : à 17 ans, alors qu’elle est encore au lycée, elle tombe enceinte et décide de garder l’enfant. Epaulée par sa sœur et son père, elle essaye de concilier sa jeunesse avec son rôle de mère. Mais à 20 ans, tout bascule lorsqu’elle devient amoureuse. Elle abandonne son fils pour vivre sa passion avec un charmant délinquant qui l’entraînera dans toutes sortes de délits.

Katell Quillévéré  donne énormément de force à son film en choisissant de raconter la vie de Suzanne par « épisodes », en laissant des blancs et des ellipses. Les événements ne sont pas visibles dans les faits mais sur les visages des personnages au travers de leurs expressions ou dans leurs façons d’agir.

Sara Forestier est bouleversante dans le rôle de Suzanne, amoureuse et passionnée, rongée et perturbée par cet amour destructeur auquel elle ne peut résister. Son entourage ne comprend pas, essaye de la ramener à la raison, mais rien n’y fait. Son père, routier, et sa petite sœur, ouvrière, n’ont pas d’autre issue que de s’adapter aux humeurs de Suzanne.

Ce n’est pas la fugue ou les délits qui intéressent la réalisatrice, mais la passion fougueuse qui anime Suzanne, les sentiments qui lient les personnages entre eux, la sensibilité qui les habite. En un mot, c’est d’amour dont nous parle Katell Quillévéré. L’amour d’un père pour sa fille, l’amour entre deux sœurs, l’amour d’un homme et d’une femme, l’amour d’une mère qu’on n’a pas connue.

La vie ne fait pas de cadeau. La passion est plus forte que tout. Mais Suzanne est toutefois insaisissable… Elle abandonne sans scrupule ses responsabilités de mère parce qu’à 20 ans sa priorité n’est pas d’élever un enfant… Elle suit les yeux fermés ce  type pour qui elle éprouve une admiration sans borne. On aimerait la secouer, lui dire qu’elle fait n’importe quoi, que dans la vie on doit aussi écouter la raison…Mais Suzanne n’en fait qu’à sa tête…et c’est cela qui fait la beauté tragique du film.

Alors, l’amour, plus fort que tout ? Oui. ..mais grandir c’est aussi se rendre compte qu’on ne peut pas toujours agir instinctivement sans penser aux conséquences. Mais si Suzanne ne réfléchit pas, elle aura le mérite de nous faire  réfléchir… nous.

Sophie

Image de prévisualisation YouTube

21040318_20130913173911262

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)