The Place Beyond the Pines, de Derek Cianfrance ✭✭✭✭✭

The Place Beyond the Pines, de Derek Cianfrance ✭✭✭✭✭

THEPLACEBEYONDTHEPINES

Difficile de décrire les sentiments qui nous submergent lorsque les lumières de la salle se rallument peu à peu et que le générique défile sur la mélancolique musique de Bon Iver, The Wolves (Act I and II)

Une claque, puissante mais agréable. Une bouffée de satisfaction. C’est ça que l’on ressent lorsque l’on tente doucement de revenir à la réalité et de s’extirper de son fauteuil. Oui de la satisfaction, car Derek Cianfrance, le réalisateur, nous a fait (re)prendre conscience pendant ces 2 heures et 20 minutes de la vraie beauté du cinéma, que l’on avait malheureusement tendance à oublier ces derniers temps tant l’actualité cinématographique croule sous de piètres comédies …

Dans The Place Beyond the Pines, Ryan Gosling, magistral, se met dans la peau de Luke, un cascadeur à moto célèbre pour ses numéros dans les fêtes foraines. Parcourant avec sa troupe les villes de l’Etat de New York, il revient un jour à Schenectady, ville dans laquelle il avait fait escale un an plus tôt. Il y retrouve Romina (Eva Mendes), avec qui il avait alors eut une aventure et qui, il l’ignorait, a donné naissance à un enfant : son fils. Alors qu’il s’apprêtait à quitter la ville et son boulot pour partir vers de nouveaux horizons sur sa moto, Luke décide de rester et de s’occuper de son fils. Pour cela, il va commercer à braquer des banques …

Dévoiler la suite détruirait le suspens qui fait la force même de ce film. Scénario découpé en trois parties, le thème principal du film est celui de la filiation. Sans jamais s’essouffler, l’histoire s’articule autour des relations entre pères et fils et nous fait traverser plusieurs générations. Un pari audacieux remporté haut la main par le réalisateur. Cependant, un vide palpable s’installe lorsque Ryan Gosling s’efface pour laisser le rôle principal à Bradley Cooper, le spectateur est désemparé, perdu… Car en effet, par sa force tranquille – et son sex-appeal débordant, oui aussi –, Ryan Gosling porte le film sur ses – musclées et tatouées – épaules comme personne, le fait exister, lui donne un sens.

The Place Beyond the Pines n’en est pas moins un thriller captivant et plein de retenue, filmé avec beaucoup d’esthétisme. Le contraste des scènes pleines de couleurs et de lumières de la fête foraine avec celles des ruelles sombres de cette petite ville de l’Amérique profonde est saisissant. Le scénario est inattendu et brillant, les acteurs, auxquels il est facile de s’identifier, excellent et nous donnent une belle leçon de vie.

Du grand cinéma, à voir absolument.

Léa Nogier

Image de prévisualisation YouTube

place_beyond_the_pines_ver2

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)