Vive La France, de Mickael Youn

Vive La France, de Mickael Youn

Mickael Youn apprends la vie

Mickael Youn, touchant maître d’orchestre

Mickael Youn (réalisateur pour la seconde fois après le succès Fatal) et José Garcia sont des Taboulistans. Petit pays aux frontières d’autres pays en -istan, parent proche culturellement du Kazakhstan modèle de Borat, il est surtout l’endroit où le taboulé, le plat en tuperware, est né. Mais de par son manque de richesse, son manque de notoriété et l’indifférence générale, ce pays n’est pas reconnu à sa juste valeur. Alors que des valeurs ils en ont! Un amour immodéré de la femme, un sens de la famille affuté au couteau, des moeurs dont la libération n’a d’égal que le bon goût, c’est un pays culturellement riche. Alors nos deux compères sont invités à faire parler de leur contrée, et vont en France, à Paris ville lumière pour se montrer.

Le film nous présente alors un voyage identitaire, un rite initiatique, un On The Road de Kerouac moderne, drôle mais aussi très personnel, qui vont faire rencontrer aux Tabouls une batterie de personnages hauts en couleurs, à travers des régions marquantes de la France. Les caractères sont peints au gros pinceau, mais tel Molière, Youn s’amuse de ceux ci. Les Corses sont tous terroristes. Les mecs de la cambrousse sont tous incompréhensibles. Les Marseillais? Pour l’OM et vulgaires peuchère! Dans le Sud Ouest on boit et on fait la fête, et les filles sont jolies. Mickael, alors appelé Michel Platini (loué soit Dieu), et José « Yannick Noah » (bien trop d’honneur) par souci d’intégration dans ce vivier français, vont alors découvrir la vie, le monde moderne, le respect des traditions, l’identité d’un pays.

Au delà de ce coté frais intemporel, se pose une véritable critique sociale et les problématiques soulevées sont légions: l’intégration, dans ces micro-cultures sclérosées est elle envisageable pour l’homme du monde? Le traditionalisme ne se pose-t-il pas en obstacle à la modernité ? Youn y répond franchement. Non. La cohabitation de tout ces éléments est possible. Un effort de chacun des clans, des compromis partagés font la richesse pluriculturelle. C’est un message certes optimiste, peut-être niais, mais finalement beau et touchant.

La danse de la joie

Un film dans l’actualité

C’est marrant ce délire patriotique actuel. Lancé par Depardieu, ravivé par Raphael et son brulot frêle Patriote « la france ça me déprime hihi », politiquement devenu correct avec la lettre du PDG de Titan et enfin cet hommage cinématographique. Youn ne veut pas détruire ce qui fait la force de la France (la fin est un symbole, mourir pour la patrie), il aime ce pays, filme avec amour les vertes contrées, les clochers sous sunset, les nombreux caractères. Il va prendre l’élément unitaire, l’identité régionale, pour en tirer l’élément global, l’attachement français.

« Ha non, ici, ce n’est pas la France, c’est Paris ». Bah ouais, on a nos trucs, nos habitudes, nos perspectives, mais au fond, meme le Taboulistan se rend compte qu’on est tous pareil, on cherche tous le même plaisir de vie, le même amour romantique des choses. Le Français, c’est un épicurien, que ce soit le mec de la Courneuve, qui bicrave ses brelics (vole ses pistolets), aux bons chasseurs qui pour le plaisir tirent quand ils voient quelque chose bouger, inconnu ou pas. Alors oui, certes, ce plaisir de vie n’est pas ressenti, on le voit au début du film, le Français est grincheux. En fait non, il est perfectionniste. Il veut ce qu’il n’atteindra jamais. C’est ce fatalisme qui est Français, aussi bien que le sentiment d’appartenir à sa région plus qu’à son pays.

Mickael Youn fait jouer José Garcia, jouer au sens propre, il s’amuse, et amuse. « Seuls les gros sont drôles » disait Coluche, et bien c’est pas faux. Sa danse de la joie, son sens du spectaculaire des situations, ses têtes resteront gravés à jamais dans le patrimoine du 7ème art.
Mickael Youn fait partager le talent de son épouse, Isabel Funaro, une actrice montante, le talent à la hauteur de ses jambes, infinies je veux dire. Les guests sont aussi de la partie, et apportent leurs lot de surprises bienvenues.
C’est une comédie rafraichissante, drôle, puissante, porteuse d’amour et d’espoir.

Untitled-1

Cyril Castagnet

Image de prévisualisation YouTube

 

About the Author

Leave a Reply

Optionally add an image (JPEG only)